donate to Y@H

Join Our Email List:

Our Sponsors:

Sponsor: Greenfield Savings Bank Sponsor: Glenmeadow Sponsor: Lathrop Communities Sponsor: Health New England Sponsor: Massachusetts Cultural Council Sponsor: Florence Civic and Business Association

Young@Heart Chorus®
30 N Maple Street
Florence, MA 01062
USA

site by ardent design

Press

Des aînés qui rockent!

by MARC-ANDRÉ LEMIEUX - MÉTRO
June 13, 2010


La proposition intrigue, c’est le moins qu’on puisse dire : une chorale composée de personnes (très) âgées qui s’amusent à reprendre des succès rock des 50 dernières années. Au sortir de la salle Wilfrid-Pelletier, hier soir, le sourire fendu jusqu’aux oreilles, il fallait bien l’admettre : la magie avait opéré.

C’est pourtant avec une bonne dose de scepticisme que nous sommes arrivés à la Place des Arts. Certes, ce n’est pas tous les jours qu’on a la chance d’assister à un concert dont la plupart des participants ont besoin d’une canne pour marcher. Mais après trois ou quatre morceaux, une fois l’effet de surprise dissipé, cette joyeuse bande de papis et de mamies allait-elle réussir à retenir notre attention pendant 120 minutes? 

La réponse est oui, grâce à un heureux mélange d’auto-dérision (en tirant leur révérence, certains faisaient semblant d’avoir mal et grimaçaient de douleur en se penchant vers l’avant), de nostalgie (une panoplie de vieux tubes) et d’absurdité (difficile de rester de glace devant une grand-maman qui tente de jouer les vamps en se remuant le bassin sur Please Send Me Someone To Love).

Le principal intérêt de ce concert demeure toutefois l’âge de ses participants. On ne va pas à Young@Heart pour apprécier la fluidité des harmonies vocales ou la justesse de ton des solistes; on y va pour s’extasier devant l’énergie et, surtout, le courage de ces survivants qui poussent la note avec un plaisir véritable. Rien qu’à les voir se déhancher sur Dancing in the Dark (Bruce Springsteen), on comprend qu’ils prennent leur pied.

Si quelques numéros ratent la cible (le pot-pourri en hommage à Michael Jackson manquait de poli et de rythme), d’autres visent dans le mille (compte tenu de l’âge des interprètes, All We Have is Now des Flaming Lips en a touché plus d’un). Le moment marquant de la soirée reste cependant le medley canadienne, conclu avec deux morceaux tirés du répertoire québécois : Les trois p’tits cochons de Dan Bigras et Lindberg de Robert Charlebois.

< back to Press & Reviews